Trekking sur la partie Sud du GR20 – Corse – du 7 au 14 septembre 2019.

 

Récit photographique de cette belle aventure

 

Préambule

Chez A Caen La Forme, nous ne proposons pas le GR20 dans son intégralité. Nous avons volontairement décidé de scinder ce trekking mythique en deux parties : le nord, entre Vizzavona et Calenzana, et le sud, entre Conca et Vizzavona. La raison ? Le GR20 est mythique, et ce n’est pas pour rien ! En effet, sa réputation vient très probablement de sa difficulté, entre autre. Le GR20 est un sentier de “Grande Randonnée” qui traverse l’île de Beauté du Nord au Sud, en passant approximativement par la crête centrale des montagnes de l’île. Ce “sentier” est technique, rocailleux, et comporte dans son intégralité environ 14 000m de dénivelé positif, quasiment autant de négatif. Il faut classiquement entre 12 et 14 jours pour venir à bout de cet itinéraire hors norme.

Revenons donc à nos moutons ! En raison de sa difficulté, nous avons fait le choix de ne proposer qu’une partie à la fois, et c’est déjà pas mal. Par expérience, peu de personnes sont capables d’en venir à bout sans “tricher”. Nous préférons donc mettre toutes les chances de notre côté, et proposer à nos clients un trekking réalisable. En optant pour cette solution, nous pouvons nous permettre d’emprunter les variantes dites “alpines” et d’agrémenter nos itinéraires de jolis bonus. Parfois sauvages, tantôt techniques, quelquefois majeurs, ces itinéraires bis nous réservent de très belles surprises, et des paysages toujours aussi magnifiques.

Du 7 au 14 septembre dernier, nous avons arpenté la partie sud, de Conca à Vizzavona. Cette dernière est censée être moins dure que son homologue du nord, mais c’était sans compter sur les variantes et les bonus. En effet, avec celles-ci, la partie sud du mythique itinéraire corse n’a absolument rien à envier à la partie septentrionale. Certes difficile, mais ô combien splendide, ce GR20 nous régalera toujours de ces paysages à couper le souffle. Immersion dans notre aventure…

 

Jour 1 : Conca – Col de Bavella

 

L’équipe est composée de Franck, Thomas, Jérôme, Alexandre, Guillaume et Etienne. Nous quittons le gîte de la Tonnelle à Conca vers 8h. Une grosse étape nous attend : 18km et presque 1650m D+…

 

La Bocca Usciolu, et son panorama magnifique sur le golfe de Porto Vecchio. l’horizon se dessine, la mer à perte de vue.

 

Sur la partie sud, la mer est omniprésente. On la distingue aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest.

 

Après 2h de marche, déjà la première baignade dans une eau limpide à souhait.

 

On a connu des endroits plus désagréables pour pique-niquer…

 

En fin de journée, nous voilà déjà plonger dans l’atmosphère des montagnes corses. Les forêts de Pin Laricio laissent progressivement place au monde rupestre.

 

La Punta Balardia domine la mer…

 

Jour 2 : Col de Bavella – Bergerie de Croci

 

Hier soir, au col de Bavella, le vent a soufflé jusqu’à 100km/h. Si c’est la même chose aujourd’hui, nous ne pourrons pas emprunter la variante des Aiguilles de Bavella. Heureusement, au lever du jour, le vent est beaucoup moins puissant. Direction la magnifique variante des Aiguilles…15km et 1400m D+ !

 

Le soleil se lève, là-bas, sur l’Italie…

 

Voilà à quoi peuvent ressembler les variantes alpines du GR20. Des passages improbables dans la rocaille, et c’est bien ça que l’on aime !

 

La vie est partout. Ce Pin Laricio s’efforce de subsister ici depuis peut-être plusieurs siècles, mais il ne peut grandir davantage car le terreau de sa vie n’est que trop mince.

 

Le vent se lève, il est temps de quitter les Aiguilles de Bavella.

 

Bocca Stazzunara, 2025m. Une fois ce col franchi, il ne reste que de la descente pour rejoindre la bergerie de Croci, notre lieu de villégiature pour la nuit. La vue est magnifique sur la mer.

 

La descente est belle, on voit le Nord, le Monte Cinto et son massif.

 

Jour 3 : Bergerie de Croce – Refuge d’Usciolu

 

Ce matin, au lever du jour, les nuages envahissent le Plateau du Cusciunu sur lequel est niché la bergerie de Croce. Nous devrons composer avec eux toute la journée, et notamment sur la très belle arête a Monda, avant d’arriver au refuge d’Usciolu. Aujourd’hui, c’est une étape relativement courte par rapport aux autres : 13km et 550m D+. C’est parti…

Les nuages viennent s’écraser sur l’arête dans une ambiance hostile. Le soleil n’est pas loin, il éclaire la brume dans laquelle nous évoluons, comme pour nous rappeler que nous ne sommes pas grand chose face aux éléments.

 

Le Plateau du Cusciunu est perché à 1500m d’altitude. On y croise des vaches absolument partout !

 

Et soudain, les nuages se dissipent, et laissent place à des paysages magnifiques. Nous sommes sur la crête faîtière de Corse, nous distinguons la mer Tyrrhénienne à L’est, la Méditerranée à l’Ouest.

 

Jour 4 : Refuge d’Usciolu – Bocca di Verde

 

Cette nuit, il a plu. Et nous étions sous la tente. En effet, le refuge d’Usciolu était bondé. Nous avons donc préféré dormir sous les tentes, loin des ronflements et des punaises de lit. Mais au réveil, pas un nuage dans le ciel. Le soleil commence à pointer le bout de son nez à l’Est, et illumine la mer Tyrrhénienne. Aujourd’hui, nous allons constamment tutoyer les 2000m d’altitude, avec notamment l’ascension de la Punta Della Capella (2041m). L’étape est assez longue : 16km et 900m D+.

 

En ce début d’étape, quelques nuages obstruent les rayons du soleil, mais enrichissent l’atmosphère qui règne ici, au Monte Formicula (1981m).

 

A l’horizon, la partie Nord, et le soleil joue à cache-cache avec les nuages…

 

Nous, les Hommes, de toute notre hauteur, face à l’infini des montagnes corses…

 

La dernière difficulté du jour, le passage au Bocca di Campitellu (1899m).

 

Jour 5 : Bocca di Verde – Capannelle

 

L’accueil au Relai San Petru di Verde a été parfait. Hier soir, les patrons du gîte nous ont servi de la viande cuite à la cheminée pour le diner, et ça c’est très appréciable ! Nous avons bu quelques bonnes bières corses et joué aux cartes, le tout sous une ancestrale forêt de Pin Laricio. L’ambiance sur le GR20 est toujours très conviviale. On rencontre toujours les mêmes personnes qui font à peu près le même itinéraire que nous. Des liens se créent et la bonne humeur s’installe naturellement dans les lieux où nous nous arrêtons chaque soir.

Ce matin, le réveil sonne plus tôt que les autres jours. Il fait encore nuit noire. La raison ? La météo annoncée pour aujourd’hui doit être parfaite, et il existe une superbe alternative au sentier classique du GR20 : la variante par le Monte Renoso (2352m). L’équipe a voté pour cet itinéraire bis, et elle a eu raison ! Après un bon petit déjeuner à la fraiche sur la terrasse du gîte, nous partons en direction du 4ème plus haut sommet de Corse. Au programme : 14,5km et 1200m D+.

 

Nous avons passé les 2 premières heures de la journée dans une sublime hêtraie. Certains hêtre devaient être sacrément âges si on s’en réfère au diamètre de leurs troncs. C’était un beau voyage dans le temps. Nous passons aux bergeries des Pozzi, synonymes d’alpage. Ça y est, nous quittons la forêt pour rejoindre la crête de Pietradione.

 

Au col du Pruno, nous dominons les magnifiques Pozzines de Pietradione, ces “puits” (Pozzi) creusés naturellement dans des tourbières de l’étage montagnard corse.

 

Depuis le petit plateau suspendu de la Nevata, on distingue très bien ces pozzines dans le paysage.

 

Et si on détourne le regard de ces pozzines, un Aigle Royal peut parfois nous offrir un beau spectacle aérien.

 

On traverse le Nevata, juste avant d’attaquer la dernière partie de l’ascension vers le Monte Renoso.

 

Le Monte Renoso trône bien fièrement à quelques centaines de mètres. On arrive !

 

Les derniers mètres de dénivelé sont techniques, intégralement rocheux.

 

Nous voilà enfin au sommet du Renoso, à 2352m d’altitude. C’est le point culminant de notre trek sur la partie Sud du GR20.

 

Dans la descente, au détour d’une croupe, nous apercevons enfin le lac de Bastani, d’un bleu profond. Vu la température, il n’est pas impossible que nous y fassions une pause baignade…

 

Mais avant ça, Alex se fait tirer le portrait sur fond bleu…

 

Seulement trois courageux réussiront à se baigner. Elle est fraiche, très fraiche !

 

Jour 6 : Capannelle – Vizzavona

 

C’est notre dernière journée de randonnée. Dans quelques heures, et après 13 km et 450m D+, nous aurons boucler la partie Sud du GR20.

 

Nous prenons le petit déjeuner sur la terrasse du gîte, devant un magnifique lever de soleil.

 

Le Monte d’Oro (2390m) et sa silhouette hostile, face à nous. Nous sommes à la Bocca Palmente, il ne nous reste qu’une longue descente avant la gare de Vizzavona. Nous prendrons le train là-bas, pour descendre à Ajaccio et profiter du beau temps pour se tremper dans la Méditerranée.

 

 

La partie Sud du GR20 en chiffre :

– 6 jours de randonnée

– 90 km

– 6150 m D+